Projet Agbetiko PDF Imprimer Envoyer

Des changements de comportements...

 

AGBETIKO - TOGO

6317 bénéficiaires - phase 1

budget total : 79 000 €


Partenaires

Région Ile-de-France, Fonds social Initiatives Etudiantes,

Chimie-Paris-Tech, PEPSS, Grundfos, Grand Lyon,

Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Véolia

Partenaire local : ACDev

Contexte antérieur

La communauté d’Agbetiko était confrontée à de sérieuses difficultés d’approvisionnement en eau potable liées à la pollution de l’unique source d’eau, le fleuve Mono. En raison de sa situation par rapport au village, le fleuve reçoit en saison pluvieuse d’importantes eaux de ruissellement entraînant sur leur passage toutes sortes de déchets - excrétas humains et animaux, résidus d’engrais chimiques en provenance des champs, détritus divers.

L’approvisionnement en eau au fleuve était la cause d’une situation sanitaire préoccupante, la grande majorité des décès et des maladies dont souffrait la population étant liée à la mauvaise qualité de l’eau consommée. Ainsi, l’étude des principales causes de consultation médicale et de mortalité à Agbetiko montre-t-elle que 90 % des maladies et 57 % des décès enregistrés depuis 2003 sont liés à l’eau.

Actions HSF

  • réalisation d’un forage équipé assurant la couverture et la desserte des populations de la zone ciblée en eau potable ;
  • formation et accompagnement du comité de gestion de l’eau ;
  • formation d’un partenariat avec l’association locale SEBADERS sur des actions de sensibilisation / formation à l’hygiène et aux bonnes pratiques d’utilisation de l’eau ; permettant d’impacter durablement les comportements des usagers ;
  • maîtrise d'oeuvre, gestion administrative et financière du projet.

Résultats

 

  • Implication réelle des bénéficiaires à chaque étape du projet ;
  • Appropriation du projet par ces derniers ;
  • Diminution des maladies hydriques ;
  • Diminution de l’absentéisme scolaire ;
  • Développement d’activités lucratives ;
  • Création d’emplois locaux.

 


“Je voudrais maintenir la jeunesse sur place. C’est mon objectif. j’aurais pu rester en Europe en 1983... mais non, c’est pas ça qui m’intéresse. J’ai appris de l’Europe pour pouvoir ensuite développer mon coin en Afrique. J’essaie de leur transmettre ce message. Je leur dis d’essayer de se regrouper pour faire de l’élevage ou autre. Chez moi, il n’y a pas d’exode (...). Si vous allez ailleurs, qui va faire vivre votre village ? Vous pouvez aussi avoir votre richesse là où vous êtes nés.

Ceux qui ont commencé à mettre mes conseils en pratique sont heureux. Certains ont commencé à former des petits groupes pour l’élevage de cochons, [...]. En s’associant ainsi, ils gagnent mieux leur vie. La plupart aimeraient pouvoir rester chez eux. Ils savent que le bonheur n’est pas forcément à Lomé.”

Léon Djossou - Partenaire local Agbetiko

 
Hydraulique Sans Frontières, Réalisation Gilles Bogo, Françoise Mascaro, Xavier Picquerey